22 musiciens autour du chef Christian Thoux

Très actif depuis septembre, le Chris’ Big band, orchestre de jazz de Sarrebourg,
projette d’enregistrer un disque, avant de se produire en concert dès janvier 2022.

© Bruno Estrade

Vendredi 1er octobre, le Chris’ Big Band s’est à nouveau produit sur scène, à l’espace Le Lorrain de Sarrebourg. Il s’est écoulé 21 mois depuis son précédent concert, donné à Bouxwiller en janvier 2020. Comme pour tous les acteurs de la culture, cette crise a été pour l’orchestre « un coup très dur : Pas de concerts, le projet de CD a dû être annulé, même les répétitions ont été difficiles à organiser avec les contraintes qui nous étaient imposées », témoigne Christian Thoux, chef d’orchestre.

Les 22 musiciens de l’orchestre de jazz ont à présent repris l’habitude de jouer de la musique ensemble. Ils savent se relever de périodes de silence. « À l’origine, l’orchestre s’est fondé sur la participation des élèves de l’école de musique de Sarrebourg, raconte Christian Thoux. Nous avons donné notre premier concert en décembre 1988. Puis nous avons été confrontés aux difficultés de ce genre de formations : les jeunes musiciens partaient pour leurs études, et parfois, faisaient leur vie ailleurs. Nous avons dû relancer le projet plus d’une fois. Depuis 2012, nous sommes sur une bonne dynamique : des musiciens amateurs, passionnés, qui aiment se retrouver autour du jazz. »

Une passion immuable pour la musique jazz
L’orchestre se compose d’une formation assez classique : des pupitres de cuivres, autour de saxophones, un peu plus nombreux que d’ordinaire, de trompettes et de trombones. La section rythmique comprend un batteur, un contrebassiste et un percussionniste (congas et bongo), auxquels viennent se joindre un pianiste, un bassiste et un guitariste. Une chanteuse, Caroline Sturtzer, accompagne les musiciens de sa voix. « Je l’ai rencontrée au conservatoire de Strasbourg, se souvient Christian Thoux. Elle est venue assister à un concert du Big Band, puis s’est intégrée au groupe. Elle aime la scène et transmet beaucoup d’énergie au public. »

Lors des concerts, le chef veille à varier le répertoire avec les musiciens, et à créer une vraie connivence avec le public. Naturellement, une majeure partie des morceaux viennent des Etats-Unis, et quelques pièces sont devenues des standards. Christian Thoux, lui, essaie « d’éduquer l’oreille du public : on reprend un ou deux morceaux qu’il connaît, du Stevie Wonder ou du Michael Bublé, pour qu’il rencontre dans le concert. On le fait voyager entre plusieurs sonorités, du jazz traditionnel aux arrangements pop. Par exemple, nous avons repris Summertime dans une version moderne originale : le public adore ! » 

Dans chaque pupitre, certains musiciens sont appelés à improviser en concert. Un exercice lié à la musique jazz, qui apporte découverte et décontraction.

D’abord le CD, après la scène
Au cours des semaines à venir, les musiciens du Chris’ Big Band entreront en studio, pour enregistrer quelques titres. Un CD qui en comprendra une dizaine doit être publié en fin d’année. « Il se partagera entre morceaux enregistrés en studio et en live, car je veux qu’on reconnaisse le son de notre orchestre », ajoute le chef.  Ensuite, place aux concerts : les projets fourmillent, entre une première date à Héming en janvier, une collaboration avec les Gospel Kids, un projet de court métrage et l’invitation d’autres big band du Grand Est. Pour que les musiciens de Sarrebourg puissent partager leur passion pour le jazz avec d’autres passionnés.

Texte : Yves Junger

Articles similaires