Aller simple pour l’Ohio : Un livre de Bruno Lack

Bruno Lack a écrit Aller simple pour l’Ohio, livre où il raconte le périple d’un de ses aïeuls. Et mène son lecteur en Amérique.

Document remis

Bruno Lack ne pensait pas qu’un jour, il écrirait un livre. L’histoire de son arrière-grand-père, qui a quitté le pays de Lutzelbourg en 1890 pour s’aventurer à Cincinnati dans l’Ohio, lui a été racontée par sa grand-mère quand il était enfant. À son tour, il l’a racontée à ses enfants et petits-enfants. Il leur a dit comment leur aïeul, alors jeune et célibataire, est parti chercher la fortune sur un autre continent. « Dans une société où les aînés héritaient de tout, il n’avait rien à perdre. Il a décidé de partir pour réussir sa vie, faire quelque chose d’exceptionnel », ajoute l’auteur. Une mémoire qui aurait pu se transmettre ainsi entre les générations, et rester dans la famille. Jusqu’à ce que sa belle-fille l’incite à l’écrire. Auparavant, il avait fait ses recherches et trouvé, grâce à internet et la numérisation des archives, certains documents officiels, dont un acte de mariage. Mais la mémoire familiale constitue la trame principale de ce récit qu’il a rédigé petit à petit, tous les soirs pendant plus d’un an. « Cela s’est fait lentement, raconte Bruno Lack. Au début, je ne savais pas où j’allais. Et quand j’avais écrit une centaine de pages, je ne trouvais plus comment conclure ! » Après un travail de relecture et de correction, il s’est décidé à imprimer le livre.

Des retours positifs autour de lui
D’abord envisagé pour être distribué dans la famille, car « Ce n’est pas de la grande littérature », cet Aller simple pour l’Ohio a finalement été lu, et aimé, par quelques amis de Bruno Lack. Qui l’ont encouragé à partager cette histoire. 

L’accueil des lecteurs est bon : « Les anciens de la commune retrouvent la vie d’autrefois dans ce récit, l’histoire locale telle qu’ils l’ont vécue. » Chacun peut à présent suivre Emile Lack dans ce voyage en train à vapeur, puis en bateau, et partager ses aventures américaines. Sans révéler toute l’histoire, on peut dire qu’il est finalement revenu dans le pays de ses ancêtres, et qu’au voyage retour, il n’était pas seul. Emile Lack, qui « avait un travail éprouvant, et qui est mort jeune », n’était pas du tout considéré comme un héros dans la famille. Il est maintenant devenu un héros de roman.

Contact pour se procurer le livre :
lack.bruno@orange.fr
Facebook « Bruno Lack » par Messenger.

Yves Junger

Articles similaires