Eléna Weidmann : Un macaron premier prix

Apprentie chez Julien Mistler à Forbach, Eléna Weidmann a reçu le premier prix pour ses macarons, lors du concours de la Foire européenne de Strasbourg.

Julien M. Pâtissier

Étudiante de 21 ans en brevet de maîtrise en pâtisserie au CFA d’Eschau, au sud de Strasbourg, et apprentie chez Julien Mistler à Forbach, Eléna Weidmann a l’habitude de vadrouiller entre Bas-Rhin et Moselle, depuis l’Alsace bossue où elle réside, pour assouvir sa passion qui devrait devenir son métier, la pâtisserie. « Petite, j’en faisais déjà avec ma mère, à la maison » se souvient-elle. C’est tout naturellement qu’après le collège, elle se lance dans un CAP pâtisserie puis boulangerie. Ses premiers postes comme apprentie à Sarreguemines et Keskastel lui confirment qu’elle est sur la bonne voie. Elle décide de poursuivre son parcours afin d’obtenir un brevet technique des métiers puis ce « BM » en pâtisserie.

1er concours, 1er prix
C’est au CFA qu’elle a entendu parler du concours de la Foire européenne de Strasbourg, dont les inscriptions étaient alors ouvertes. Elle choisit le macaron, sa spécialité, et envoie son coupon. À partir de ce moment-là, tout s’est enchaîné très vite pour l’apprentie passionnée de pâtisserie. « Le thème du concours était l’Alsace, donc j’ai rapidement opté pour un macaron saveur forêt noire » raconte-t-elle. Le dimanche, elle prépare une ganache montée vanille, une ganache chocolat, ajoute au milieu un confit de griottes au kirsch. Le tout passe au four de la cuisine familiale. Les membres de la famille sont mis à contribution pour tester cette création : « Ils ont tous aimé et ont reconnu le parfum sans que je le dévoile. » C’est validé !  Le lendemain, Eléna Weidmann fait le déplacement à Strasbourg pour apporter un lot de ses macarons au jury. Dans l’après-midi, les récompenses sont attribuées. En présence de son père et de son copain, aussi épatés que ravis, elle reçoit le premier prix parmi une quinzaine de candidats, devant une autre étudiante du CFA d’Eschau. « Je ne m’y attendais pas, mais je suis très fière d’avoir remporté ce prix. À mon avis, le goût et la manière de le rendre dans ce macaron ont fait la différence », dit-elle.

Commercialisé, le macaron « forêt noire » est un succès
Eléna Weidmann a tout de même pris le temps de prévenir son patron qui, connaissant le talent de son apprentie, l’a encouragée dans sa démarche. À présent, ce macaron forêt noire se vend dans les magasins de Julien Mistler, où son succès ne se dément pas. « Il est vendu en parts individuelles, en grand format pour 1 personne, précise l’apprentie. Il n’y a que moi qui les prépare ! » Cette récompense obtenue dès son premier concours de pâtisserie encourage Eléna Weidmann à retenter sa chance à l’avenir. Elle persiste dans le macaron, mais plus dans des parfums classiques : framboise, noix de coco, chocolat… Sa priorité reste d’obtenir son brevet de maîtrise en 2023 et de découvrir le monde du travail, avant, pourquoi pas, d’ouvrir sa propre entreprise.

Texte : Yves Junger

Articles similaires