Forbach – Un projet teinté d’espoir : FERTIL

Le confinement a modifié nos habitudes de consommation alimentaire, pourquoi ne pas les pérenniser au-delà de ce moment exceptionnel ? Forbach veut mettre en place des outils entre les mains de ses habitants pour les y aider.

Visuel d’illustration. Crédits : AdobeStock.

Ceci n’est pas une faute d’orthographe mais le nom du projet ambitieux de la Porte de France. FERTIL : Forbach, Expérience de Redynamisation du Territoire par l’Innovation Locale. Selon la mairie de Forbach, « cette démarche écologiquement durable, socialement utile et économiquement viable, constitue un véritable tremplin d’image pour Forbach, mais aussi de confiance pour ses habitants ».

En effet, FERTIL est un projet global au service de la ville et de ses citoyens, dont la principale mission est la mise en place d’une agriculture urbaine. Autre défi, la ville est en train de muter et souhaite se tourner vers l’avenir, FERTIL sera l’occasion de créer une nouvelle identité. C’est en résumé l’objectif de ce projet.

Cette idée a germé suite à une étude de 2017 qui s’est intéressée au degré d’autonomie alimentaire des villes. Sur les 100 premières aires urbaines de France, Forbach est dernière au classement. La majorité de notre alimentation est importée. Inversement, la plus grande part de la production locale finit dans d’autres territoires. De plus, la moyenne française du panier local annuel est de 15,50 € par habitant, quand les Forbachois n’y consacrent chacun que 0,87 € par an. Eh oui, peu nombreux sont les étals de nos marchés à proposer des produits locaux. Fruits et légumes viennent de loin, parfois même d’autres continents. On y apprend également qu’une totale, ou quasi totale, autonomie alimentaire pour Forbach n’est pas possible, celle-ci ne pourra pas dépasser les 25 % d’autonomie, au vu de la situation géographique (zone frontalière) et de la typologie du terrain (ancien bassin minier). FERTIL s’inscrit dans la recommandation émise par cette étude, la ville visant 10 % d’autonomie.

C’est un total de 50 hectares qui ont été repérés pour y voir fleurir ce projet, terrains existants mais oubliés ou peu valorisés. La ville vise une agriculture biologique pour certains sites, dans tous les cas raisonnée, en accord avec les enjeux écologiques. Qui dit agriculture dit aussi élevage, comme la première ferme piscicole en eau salée au monde à moins de 15 kilomètres de Forbach, en Allemagne, permettant de soulager les océans, victimes de la surpêche. Le développement urbain sera aussi mis à l’honneur, par une redynamisation du centre-ville en déperdition, ce qui passera par l’attraction des consommateurs. Une halle y sera construite pour favoriser l’économie et l’attractivité touristique, ainsi qu’un programme annuel pour booster le circuit court. Les emplois créés seront variés, « du commis de cuisine jusqu’au chef traiteur en passant par des livreurs et manutentionnaires » selon la ville. Enfin, par ce projet, le but est aussi de redonner le goût de Forbach à ses habitants, que chacun soit fier d’être forbachois et de participer à l’essor de la ville.

Création d’emplois, utilisation de terrains non exploités, production locale, et aussi valorisation d’une identité, FERTIL est un projet global fourmillant d’idées. Pour le moment, les différents acteurs sont consultés dans une démarche de participation citoyenne pour la phase préparatoire, qui durera jusqu’en 2021. Fait intéressant, l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture nous apprend qu’en ville, une superficie d’un mètre carré peut produire jusqu’à 20 kg de nourriture par an. De belles espérances en perspective pour FERTIL.

Source : Autonomie alimentaire des villes – État des lieux et enjeux pour la filière agro-alimentaire française, Utopies, Notes de Position #12, mai 2017
Plus d’informations : site de la mairie de Forbach

Jana Sadler

Articles similaires