Générer l’attrait pour le handball à Sarrebourg

Le Sarrebourg Moselle-Sud Handball sort d’une saison réussie : l’équipe professionnelle, moins de 18 ans ou cadettes portent le club vers de nouveaux objectifs.

© Laurent Krajewski

Quand les résultats suivent, tout va bien. Le président du club Christian Reinhardt se réjouit de cette saison 2021-2022, dont il tire « un bilan très positif, puisque nous souhaitions terminer aux alentours de la 10ème place, et que nous sommes finalement 11ème », avec l’équipe-phare, laquelle évolue en Proligue, championnat de handball français équivalent à la Ligue 2 en football. Surtout, le premier objectif, le maintien parmi l’élite dans cette division, a été acquis à 3 journées de la fin, évitant le grand stress qui anime les équipes de bas de tableau. Celui de devoir jouer une saison et l’avenir du club sur le dernier match de championnat. « Nous avons pu faire le déplacement à Villeurbanne l’esprit tranquille, et fêter la saison avec les joueurs et le staff dès la fin du match ! » confirme le président du club.

La réussite de l’équipe professionnelle est le résultat d’un travail de long terme, orchestré au sein du club depuis plus de 50 ans – le Sarrebourg Moselle-Sud Handball a été créé en 1970. Le tournant a eu lieu dans les années 90-2000 pour le club, qui accède successivement en pré-nationale (2022) puis au niveau national (2009), tout en développant son école de handball, pour y intégrer les enfants de la région. La dynamique du club est forte, et le déclic final a lieu lors de la saison 2019-2020, avec l’accession en Proligue. Niveau où le club compte se maintenir, voire progresser : « Cette saison, on s’est rendu compte que le niveau est assez équilibré en Proligue : hormis l’US Ivry, qui remonte en Starligue, c’est assez serré entre les autres équipes », explique Christian Reinhardt. Il garde des souvenirs mémorables de cette saison, comme la victoire mi-novembre de Sarrebourg à Nice contre le Cavigal, équipe plus expérimentée en Proligue, ou contre Sélestat à domicile. Dans le but de progresser encore, et d’accéder aux « play-off » de fin de saison, le club a recruté un nouvel entraîneur, Arnaud Calbry, qui doit porter ces nouvelles ambitions.

Recrutement et formation, les clés du succès

Dans ce but, le club a déjà validé quelques recrutements, en vue de la saison 2022-2023. « Les places de joueurs dans le handball professionnel sont très chères, alors certains joueurs de grand talent viennent faire leur premières armes chez nous. Ils ont un grand potentiel, mais manquent encore de temps de jeu. On reste lucides, on sait très bien qu’ils souhaitent continuer en StarLigue », constate Christian Reinhardt. 

À leurs côtés, 4 joueurs issus du centre de formation feront leurs premiers pas en compétition professionnelle. Ce sont des jeunes formés au niveau local, dont la plupart ont évolué au sein de l’équipe réserve, et souvent présents dans le club depuis plusieurs échelons. Équipe « moins de 18 ans », qui a remporté le championnat de France pour la troisième fois d’affilée, « moins de 15 ans », « moins de 13 ans » et tout ce qui suit, jusqu’au « baby hand » qui accepte les élèves de maternelles… Le Sarrebourg Moselle-Sud handball, s’est doté d’un cycle de formation complet, qui fonctionne très bien. « La plupart des joueurs de l’équipe moins de 18 ans ont commencé le handball avant 13 ans dans notre club », confirme le président.

Faire du handball le « sport phare » de Sarrebourg

Les talents du handball son repérés très tôt, à Sarrebourg. Des éducateurs du club interviennent dans les écoles primaires des communes environnantes, en collaboration avec l’Éducation nationale. Les élèves y découvrent ce sport, sous l’aune du jeu plus que de la compétition, et les éducateurs voient s’ils peuvent « détecter un potentiel. » Ensuite, des sections sportives à horaires aménagés sont proposées à Sarrebourg, de la 6ème à la terminale. Cet engouement autour du handball se ressent lors de chaque match officiel, qui attire plusieurs centaines de personnes au Centre sportif Pierre de Coubertin.

Reste à développer la filière féminine, car Metz conserve son statut de premier pôle de handball en Moselle. Une certaine réussite a cependant été observée à Sarrebourg : « En UNSS, nos cadettes féminines figurent parmi les 8 meilleures équipes françaises », insiste Christian Reinhardt. Aux côtés de l’équipe élite et celle des moins de 18 ans, elles participent à la formation d’un large public qui suit le club, avec comme fer de lance l’équipe qui évolue au niveau national.

Yves Junger

Articles similaires