Hôpital en milieu rural : Envisager l’avenir

L’hôpital de Dieuze se projette dans l’avenir et envisage une ouverte accrue à la télémédecine, la création d’une zone d’isolement et un EHPAD repensé.

EHD

Établissement hospitalier situé en zone rurale, l’hôpital Saint-Jacques est membre du Groupement hospitalier de Territoire Sud Lorraine, en direction commune avec le CHRU de Nancy. Il propose une offre de soins et une offre médico-sociale répartie en 3 pôles : sanitaire, gériatrique et enfant. Engagé dans une session de travaux depuis 2021, l’établissement vit une rénovation complète, et poursuit plusieurs projets simultanément. « Notre objectif est de conserver la qualité tout en permettant une meilleur accès aux soins, et une hospitalisation proche, de manière à conserver le lien social et des possibilités de visite auprès des personnes hospitalisées », résume Yves Rundstadler, directeur délégué de l’hôpital de Dieuze.

Déjà à l’hôpital Saint-Jacques depuis plusieurs années, la télémédecine pourrait connaître un nouvel élan et s’ouvrir à d’autres spécialités. Tout en veillant à s’accorder avec les spécificités du territoire : « Nous voulons compléter l’offre de soins sans entrer en concurrence avec les maisons de santé alentours, souligne Yves Rundstadler. Dans certains secteurs, les spécialistes sont présents, mais en nombre insuffisant par rapport aux patients sur le territoire. » Par des partenariats noués avec la clinique Claude Bernard et le CHRU de Nancy, l’ophtalmologie, la gériatrie et la dermatologie sont déjà envisagés. Des spécialistes effectueront ces consultations en proximité, en présentiel ou en télémédecine. D’autres spécialités pourraient être envisagées dans le futur, dont la diabétologie et la psychiatrie.

Créer une zone d’isolement en cas d’épidémie
La période de pandémie due au virus Covid-19 a eu une influence certaine sur le projet de zone d’isolement dans l’hôpital de Dieuze, « et aussi l’anticipation de l’arrivée de virus à l’avenir », ajoute le directeur délégué. Dans les anciens locaux, il n’était en effet pas possible de créer une zone qui puisse répondre à tous les critères lors de l’isolement de certains patients. Dorénavant, un secteur comprenant 8 lits respectera ces conditions. Il fonctionnera en qualité de zone de médecine en temps normal. Mais en cas de pic épidémique, ces locaux seront libérés, et pourront accueillir des patients du territoire. Un poste d’infirmière de nuit en astreinte a également été créé dans ce but.

Répondre aux besoins du grand âge
Le souhait de l’hôpital Saint-Jacques est d’adapter son EHPAD, et de privilégier le maintien à domicile tant qu’il est possible. « Aujourd’hui, les personnes entrent plus tardivement à l’EHPAD, remarque Yves Rundstadler. Nous sommes de plus confrontés à de nouvelles difficultés, comme la réduction des visites que nous avons vécue lors de la crise sanitaire. » Cet EHPAD repensé comprendrait des services de soins à domicile et une équipe spécialisée Alzheimer. Il pourrait également apporter du répit aux aidants familiaux, par un accueil de jour ou de nuit.

L’établissement hospitalier de Dieuze souhaite en outre porter un projet de recherche sur les maladies chroniques, et travailler sur certains niveaux de qualification du « mieux vieillir ». Un infirmier a déjà été formé en pratique avancée en maladie chronique. 2 axes de recherche seraient définis au sein de l’hôpital de proximité, et un médecin du Saulnois serait coordinateur de ce projet. Le territoire de Dieuze pourrait ainsi être pionnier dans ce domaine.

Yves Junger

Articles similaires