Manger bio, local, de saison… – Les initiatives en Moselle-Est

En terme de gastronomie aussi, la Moselle est une terre de talents.
Pour permettre aux consommateurs de profiter des produits d’ici, les producteurs s’organisent !

 

Des initiatives existent : marchés, distributeurs, magasins de producteurs locaux, paniers… Crédits photo : AdobeStock

 

Selon le site du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, les Français sont de plus en plus concernés par la qualité de ce qui se retrouve dans leur assiette. Pour des raisons de santé d’une part, mais également pour des causes éthiques et environnementales. On veut savoir ce que l’on achète, d’où cela provient et être sûr de la manière dont cela a été produit. Pour satisfaire la demande de ces consommateurs de plus en plus exigeants, des initiatives se créent partout sur le territoire, et notamment au niveau local.

Alimentation biologique

Bien sûr, il y a l’alimentation biologique, qui s’est largement développée sur le territoire grâce à la présence d’aliments « bio » dans les supermarchés, et à l’avènement de magasins proposant une majorité d’aliments certifiés « AB – Agriculture Biologique ». D’ailleurs, en Moselle, on compte plusieurs magasins comme ceux-ci, que ce soient de grandes enseignes ou des magasins indépendants, comme par exemple « La Vie Claire » à Sarreguemines, « Jardin Bio » à Saint-Avold, « Coin Nature Biomonde » à Sarrebourg, « La Source Santé Bio » à Puttelange-aux-Lacs…

Manger local et en circuit court

Mais au-delà de l’alimentation biologique, d’autres tendances prennent de l’ampleur et se complètent : le locavorisme et le circuit court, voire ultra court. Le « locavorisme », mot composé de « local » et du latin vorare : manger, signifie littéralement « manger local ». La définition du Larousse, elle, va encore plus loin, puisqu’elle décrit un locavore comme une « personne qui décide de ne consommer que des fruits et des légumes locaux et de saison, afin de contribuer au développement durable. » Le circuit court, quant à lui, est un type de circuit de distribution qui limite les intermédiaires – en général à un seul – entre le producteur et le consommateur. S’il n’y a aucun intermédiaire entre le producteur et le consommateur, on peut parler de circuit ultra court ou encore de vente directe. Pour des raisons éthiques ou environnementales, certains consommateurs privilégient ce type de circuits qui permettent de limiter le transport des produits, de garantir plus facilement leur traçabilité et de soutenir les producteurs locaux. Ici aussi, ce type de circuits existe ; d’autant qu’en terme de gastronomie, la Moselle est également une terre de talents. Sur ses 6 216 km² de superficie, 50 % sont des surfaces agricoles ; on y compte pas moins de 2400 exploitations agricoles, et 19 000 entreprises artisanales (source : Guide des producteurs Qualité MOSL). Les productions locales peuvent même bénéficier du label « Qualité MOSL », qui permet de « reconnaître les acteurs qui œuvrent sur le territoire mosellan et privilégient les circuits courts, les productions locales et les savoir-faire propres au territoire. »

Afin de permettre aux consommateurs de pouvoir bénéficier en direct de leurs produits, certains producteurs lancent des initiatives individuelles, comme la vente de fruits, de légumes, de céréales, de viande et d’œufs directement à la ferme, ou grâce à l’installation de distributeurs automatiques de produits locaux, comme à Lixing-lès-Rouhling et Freistroff. D’autres encore se réunissent au sein de marchés hebdomadaires ou de marchés de producteurs occasionnels, organisés toute l’année sur une majorité du territoire mosellan, ou encore au sein de magasins de producteurs locaux comme il s’en ouvre de plus en plus. En Moselle-Est, on compte notamment le magasin « De mes terres » à Sarrebourg ou encore « Une ferme dans la ville » à Saint-Avold.

Une autre idée : les paniers fermiers

Pour avoir accès à de bons produits locaux et de saison, les locavores peuvent aussi profiter du système des paniers fermiers. Proposés de manière hebdomadaire ou à la demande, les commandes se font souvent via un site internet ou une application mobile. Une fois remplis de denrées provenant d’un ou de plusieurs producteur(s) mosellans, les clients peuvent se les faire livrer à domicile ou en point-relais. Ces paniers sont mis en place soit de manière indépendante par les fermes elles-mêmes, soit à travers des réseaux nationaux ou des associations locales, comme par exemple les AMAP – Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne.

Grâce à des méthodes ancestrales et aux nouvelles technologies, ces nombreuses initiatives permettent ainsi aux Mosellans qui le souhaitent de découvrir les savoir-faire locaux tout en soutenant les valeurs qui leurs sont chères.

Articles similaires