Metting : Des nichoirs faits maison

Habitant de Metting, Georges Weiss installe des nichoirs dans la nature autour de son domicile.

© AdobeStock

Résident de longue date de la commune de Metting, Georges Weiss remarque qu’au fil des années, il entend de moins en moins les chants des oiseaux dans les forêts autour de la commune où il habite.  Son inquiétude est d’autant plus vive que le phénomène a lieu en zone rurale. « Que laisserons-nous à nos petits-enfants ? », se demande-t-il à juste titre. Plus grave encore, la tendance ne s’est pas arrangée ces dernières années.

Depuis plus de quinze ans, il a décidé de lutter contre la raréfaction des oiseaux en aidant la nature. Dans sa sapinière, son verger et les arbres de sa petite forêt, il dispose des nichoirs de sa propre fabrication, à quelques mètres de hauteur et donc à l’abri des prédateurs. « J’en installe une dizaine en février, raconte-t-il. À l’automne, je reviens les récupérer pour les nettoyer. » Et tout au long de la belle saison, il surveille l’installation et l’épanouissement de ses hôtes et de leur portée.

Passion mésange
À l’aide de jumelles et d’un guide d’observation, Georges Weiss surveille les oiseaux à distance. « Je pourrai passer la journée à les observer, dit-il. Un jour, j’ai pu voir une mésange avec ses neuf petits. » Il s’agit là de son espèce préférée, qu’elle soit bleue, charbonnière ou nonette. Le résident de Metting veille toujours à orienter ses nichoirs en direction de l’Est, et à y pratiquer une ouverte de 29 millimètres de diamètre, taille des petits passereaux.

Chaque année, les oiseaux s’installent dans les arbres de Georges Weiss, et y créent leur nichoir qu’ils agrandissent petit à petit. Comme s’ils avaient appris à accorder leur confiance à leur propriétaire.

Texte : Yves Junger

Articles similaires