Phénomène récent : les masques en tissu

Débutants ou confirmés en couture, de nombreuses personnes arborent désormais un masque en tissu conçu à la maison pour se protéger de l’épidémie du Covid-19.

©AbobeStock

Des masques devenus un véritable accessoire de mode

En cette période de crise sanitaire et pour faire face à la propagation du coronavirus, le port du masque est fortement conseillé. Il est même devenu obligatoire dans certains lieux (transports publics, commerces…). De nombreux Français se sont donc lancés dans la conception de leur propre masque en tissu. Si une grande majorité utilise du matériel de récupération comme des vieux draps, des robes ou des jupes abîmées, ou des t-shirts usagés, certains jouent d’ingéniosité pour réaliser un masque en tissu « à leur image ». On peut croiser des gens avec des masques originaux, arborant des super-héros, des personnages de Disney ou du studio Ghibli, des visages d’animaux, ou même assortis à la tenue vestimentaire ou au maquillage. Une bonne idée pour faire de ce masque, devenu indispensable, non pas une contrainte mais une vraie pièce de notre dressing. La question de l’efficacité reste toutefois primordiale, car un masque peut être esthétique mais pas protecteur face au virus. Il ne faut donc pas négliger les performances filtrantes du masque.

Du novice à l’expert : un élan de solidarité

Tout le monde n’a pas de grandes notions en couture ou une machine à coudre à la maison mais vu la nécessité de fabriquer son propre masque en tissu, mêmes les plus novices s’y mettent. De nombreux tutoriels complets sont publiés par des professionnels afin d’aider les débutants à confectionner leur masque. La plupart des tutoriels sont postés par des personnes n’ayant jamais publié de vidéos auparavant. Les conseils sont divers et destinés à tous les niveaux : du débutant qui ne possède que des élastiques et du tissu, au plus expérimenté qui utilise des patrons et possède une machine à coudre. Pour ceux qui sont experts en couture ou dont c’est le métier, confectionner un masque est bien plus simple. Certains mettent leur savoir-faire au profit des autres. Beaucoup offrent des masques aux soignants, aux personnes vulnérables, à leurs voisins…

Des masques sont également conçus bénévolement par des membres d’associations. Ils sont distribués au personnel hospitalier, à d’autres professionnels ou bien encore à des populations plus fragiles dans certaines villes de France. D’autres personnes se proposent d’envoyer gratuitement un masque en tissu à toute personne qui en ferait la demande en échange d’une enveloppe de 20 g pour l’expédition. Le compte Instagram Sauve ton soignant, par exemple, a permis de mettre en relation des professionnels qui avaient besoin de masques avec des couturiers bénévoles. Grâce à la solidarité, des centaines de milliers de Français ont pu bénéficier d’un masque lorsqu’il y avait une pénurie. Pourtant, si des millions de masques ont pu être distribués gratuitement, des couturiers professionnels y dénoncent la non-rémunération pour leur travail effectué. Le mouvement Bas les masques qui a vu le jour sur Instagram rassemble des couturiers mécontents. Ces derniers évoquent notamment le fait qu’ils ont dû puiser dans leur propre stock de matériel pour créer des masques bénévolement.

Textbroker

Plus d’informations : Pour se confectionner un masque répondant aux normes de l’association AFNOR, un document régulièrement mis à jour et rassemblant toutes les conditions à respecter pour se confectionner un maque barrière (exigences minimales, méthodes d’essai, de confection et d’usage) est disponible sur le site : www.afnor.org/

Articles similaires