Rencontre avec Didier Helmstetter

Le livre : Jardiner sans se fatiguer, le guide idéal pour cultiver son potager

© Didier Helmstetter

Didier Helmstetter – amoureux de potager – a publié aux éditions Tana Le potager du paresseux frappé par le changement climatique. L’ouvrage propose des conseils pour jardiner malgré la canicule ou les gelées, échapper aux débauches d’arrosage, cultiver davantage en automne, et même jusqu’en hiver…

Question : D’où vient votre passion pour le jardinage ? 

Réponse : Je suis tombé dedans quand j’étais petit. Mon père était producteur de plants de légumes et de fleurs. Je l’aidais. Plus tard, j’ai fait des études d’agronomie et j’ai travaillé dans ce domaine. Il y a quelques années, après un infarctus, j’ai dû m’arrêter de jardiner, car je manquais de force, puis j’ai mis de l’ordre dans mes idées et j’ai imaginé le potager du paresseux. 

Q : En quoi consiste ce potager du paresseux ? 

R : C’est un mode de jardinage sans travail du sol, sans traitement, sans engrais, sans compost. Mes connaissances agronomiques m’ont permis de savoir comment faire travailler les organismes du sol et la biodiversité à ma place !

Vous y avez consacré trois ouvrages…

R :Le premier explique comment je suis parvenu à cette façon de jardiner, ce qui se passe dans le sol, quel est le rôle des vers de terre, bactéries, champignons. Le deuxième porte sur des questions plus agronomiques, sur le sol sous tous ses aspects, comment planter ou semer, s’il faut arroser et comment… Et le troisième, paru en avril dernier, évoque l’impact du changement climatique sur nos potagers, avec notamment le problème de l’arrosage. 

Q : Quelle solution proposez-vous concernant l’arrosage ? 

R : Pour moi qui ai vécu et travaillé pendant plusieurs années en Afrique, je trouve cela scandaleux d’utiliser de l’eau potable, une ressource précieuse, pour arroser. Chez moi, je stocke l’eau de pluie pour le jardin et je réduis les cultures d’été pour cultiver davantage en automne. 

 Q : Que plantez-vous actuellement ? 

R : À cause du changement climatique, certaines choses sont décalées. Il faut s’adapter. En ce moment, je plante des radis, des salades, des choux, des brocolis, du persil, des poireaux. Planter au bon moment est une des clés du jardinage sans se fatiguer.

Q : Avez-vous encore d’autres projets d’écriture ? 

R : J’ai plusieurs projets en tête, comme des ouvrages pour enfants ou des ouvrages philosophiques. Je me régale en mettant mes idées sur le papier ! Pour les fans de jardinage, je donne aussi des conseils sur ma chaîne YouTube Le Potager du paresseux, sous le pseudo Did67

Propos recueillis par Magali Burkhart

Articles similaires