Sarreguemines – Le personnel soignant dans les rues

Le personnel soignant de Sarreguemines a manifesté devant l’Hôpital Robert-Pax.
Après les applaudissements, ils veulent autre chose.

Manifestation des soignants devant l’Hôpital Robert-Pax. Image Mosaïk Cristal.

Ils étaient près de 400 à répondre présent lors de la manifestation en faveur du personnel soignant. Salariés, syndicats ou simplement habitants, tous étaient dans les rues de Sarreguemines pour clamer la voix du personnel médical. Pour la symbolique, le rendez-vous était fixé devant l’hôpital Robert-Pax de Sarreguemines. Les manifestants se sont ensuite dirigés vers la sous-préfecture. La crise sanitaire, liée au covid-19 a mis de multiples problématiques en lumière. L’hôpital public rencontre depuis des années un manque massif de moyens, des horaires affligeants et des salaires bien trop légers pour la charge mentale comme physique que les soignants doivent gérer. « C’est important, ça fait un moment qu’on revendique nos droits et nos besoins. On est un hôpital en crise », souligne Léa Wagner, infirmière à l’hôpital Robert-Pax. Depuis l’arrivée du virus en France c’est la panique dans les hôpitaux. Les patients arrivent en masse mais le personnel soignant, lui, ne se multiplie pas pour autant. Il doit donc endosser de multiples rôles et effectuer davantage de tâches sans que le salaire suive. Il ne reste, à priori, plus qu’une solution : manifester pour se faire entendre.

Un soutien collectif
Pendant le confinement, les Français étaient au rendez-nous chaque soir à 20h pour applaudir les soignants. Ils espéraient donc recevoir ce même soutien lors de la marche. En amont, ils ont distribué de nombreux tracts qui ont fait déplacer certains habitants. Les revendications sont nettes : les salaires doivent absolument être revus et les métiers médicaux revalorisés. « Il y a une réduction de l’hôpital, des services, des effectifs, des moyens pour soigner les gens. Aujourd’hui j’espère que beaucoup l’ont compris », proteste Bernadette Hilpert, responsable syndicat CGT. Pour Philippe Babe, aide-soignant au centre hospitalier spécialisé de Sarreguemines, « c’est bien que les gens nous applaudissent aux fenêtres mais on veut autre chose maintenant ». Le message est clair, il ne reste plus qu’à voir si les voix vont résonner suffisamment loin et haut.

Par Mosaik Cristal

Articles similaires