Stiring-Wendel : Faire pousser de nouvelles idées

Potager cultivé en milieu urbain, le jardin « La Rêverie » nourrit aussi des ambitions sociales et environnementales. L’association vient d’être reconnue pour son innovation sociale.

© Association La Rêverie

C’est sur un terrain privé de plus de 30 ares de terres, prêté par la propriétaire dans la commune de Stiring-Wendel, que l’association La Rêverie a installé son jardin pédagogique en avril 2016. Ce grand jardin collectif, éducatif et convivial, fonctionne comme un jardin partagé : un collectif de jardiniers y plante, cultive et récolte de nombreuses variétés de légumes, ensemble. Le fruit de la récolte est partagé entre celles et ceux qui se sont impliqués dans leur culture entre le début du printemps, pour les premiers semis et l’automne, où la récolte des potimarrons marque la fin de la saison du jardin. « Il reste toujours un surplus, commente Renaud Coquet, président de l’association depuis août dernier. Il est redistribué. » L’initiative a atteint une certaine renommée dans la région, et essaime petit à petit. Avec le soutien de l’ASBH, l’association est en contact avec plusieurs communes autour de Stiring-Wendel, afin de fonder des projets semblables.

Ambition sociale
Les légumes ne sont pas vendus pour le moment, mais leur culture permet de créer du lien social, et d’engager des actions d’insertion. L’association organise des activités pour différents groupes. Autour des « bacs d’inclusion sociale », structure de jardinage d’un mètre carré, des ateliers d’insertion sont organisés. Les personnes accompagnées par les structures sociales de Stiring-Wendel et Forbach participent à ces ateliers. En plus de créer du lien social et de redonner une activité à un public en précarité ou en situation d’insertion, les ateliers ouvrent la discussion sur l’environnement et un type de nourriture plus sain, par exemple. D’autres ateliers sont ouverts à un public de jardiniers débutants, notamment de familles, qui souhaitent s’informer sur les possibilités de culture, dans un jardin ou sur un balcon. L’initiative a plu au conseil départemental de la Moselle, qui s’engage à soutenir l’association formée à Stiring-Wendel, reconnue « projet d’innovation sociale ». L’obtention de subventions fait franchir une étape au collectif La Rêverie, celle de la professionnalisation. « Nous cherchons à recruter un jardinier médiateur, qui sera notre premier salarié, annonce le président de l’association. Nous avons besoin d’une personne passionnée par le jardinage, au fait des techniques utilisées sur nos parcelles, et qui sache encadrer un public social », précise le président de l’association.

Ambition environnementale
Côté cultures, le jardin La Rêverie reprend les méthodes de l’agriculture biologique. « Nous n’utilisons aucun pesticide ni engrais de synthèse, explique Renaud Coquet. Mais nos cultures, pas encore destinées à la vente, ne sont pas labellisées bio. » Le respect des sols et l’économie de l’eau font aussi partie des objectifs de l’association. Pour cette raison, la technique dite du paillage est privilégiée : elle consiste à couvrir le sol pour l’enrichir, sans avoir besoin de retourner la terre en début de saison. Dans une serre voisine, 120 variétés de tomates ont été plantées ; une partie sera mise en vente cet été. La biodiversité s’en retrouve renforcée, et elle devrait encore se développer à travers la création d’une mare de biodiversité. Le but est d’attirer des petits insectes autochtones pour former un nouvel équilibre entre espèces. Une grainothèque vient compléter le dispositif. Elle soutient une action de sélection et de reproduction de semences anciennes.

Texte : Yves Junger

Articles similaires